METROPOLIS PT.2 : Behind The Scenes

Un article de Dreamologie.

Jump to: navigation, search

Traduction, Explication et Analyse par Brett Caldas-Lima

Les abréviations

Afin d’éviter les répétitions à outrance des titres des morceaux de l’album, je procéderai par abréviations, dont voici la légende : M1 : Metropolis Part I ; SFAM : Scenes From A Memory ; SDV : Strange Deja Vu ; TMW : Through My Words ; FT : Fatal Tragedy ; BTL : Beyond This Life ; THE : Through Her Eyes ; OLT : One Last Time ; TSCO : The Spirit Carries On ; FF : Finally Free

Bien que cela me paraisse évident, j’ai préféré le préciser afin que les lecteurs de ce texte soient entièrement concentrés sur le contenu, sur le concept, tout comme DREAM THEATER, en laissant le livret de SFAM libre de tout artifice (photo, etc.), a souhaité que rien ne vienne distraire l’attention des auditeurs dans leur voyage.

Les personnages

Pour les affirmations suivantes qui ne sont pas évidentes, explications et justifications sont fournies tout au long de l'article.

Nicholas : Il est probablement né dans les années 60-70, et est mort assassiné en 1999. Il est marié et a un fils. Il est la réincarnation directe de Victoria Page. Après la mort physique, les esprits des êtres se rendent aux Archives Akashiques pour y relire leurs vies (endroit dans l'éther, lumineux, où sont conservées les mémoires de chaque vie passée sur terre. Chaque entité possède son livre contenant toutes ses vies. Ce lieu ressemble à une grande bibliothèque que gardent des Esprits dont c'est la mission. Ils sont là pour s'occuper des registres, un peu comme des bibliothécaires, mais aussi pour conseiller les esprits désincarnés sur le choix d'une nouvelle incarnation, lorsque ceux-ci consultent leur "dossier". Ils y voient leurs erreurs et leurs mérites, leur mauvais et leur bon karma. C'est en fonction de ces informations qu'ils choisiront de s'incarner encore et les moyens de la vie choisie, c'est à dire la famille, le lieu, l'époque et les difficultés dont ils ont besoin pour s'améliorer et corriger leurs erreurs (la réincarnation sert à épurer les esprits, à les rendre meilleurs ; la conséquence de cela serait une amélioration de l'humanité, et surtout une population en nombre régressant (puisque les esprits ainsi lavés et parfaits n'ont plus l'utilité de se réincarner). Mais bon, comme en plus un humain peut aussi se réincarner en animal, on n'est pas dans la merde... :o). Ils y trouvent toutes les indications qui leur fournissent un schéma pour une prochaine vie. Ils peuvent également consulter les livres d'autres entités, comme dans une vraie bibliothèque quoi...). On considère qu'en moyenne, un esprit passe 30 ou 40 ans dans ce lieu (mais ce chiffre est purement statistique, et peut amplement varier, tout comme certains humains vivent 2 ans et d'autres 80). Dans le cas de Victoria, morte en 1928, 40 ans de réflexion et de recherche sur soi nous mènent vers fin 60-début 70 (en gros !!!) pour la naissance de Nicholas, qui semble en effet avoir une trentaine d'année.

Victoria Page : Elle est née au début du siècle et est morte assassinée le Vendredi 27 Janvier 1928 par Edward. Elle entretenait une sorte de relation triangulaire avec Edward et Julian.

Sénateur Edward Baynes (The Miracle) : Né au début du siècle, on ne sait rien de sa mort. Il a assassiné Victoria et Julian en 1928. Son surnom "Miracle" est dû à la chance qu’il a eut tout au long de sa vie, de tout réussir, au point de devenir Sénateur aussi jeune (puisqu'il doit n'avoir qu'une vingtaine d'années).

Julian Baynes (The Sleeper) : Né au début du siècle en même temps qu’Edward (forcément, ils sont frères jumeaux), il a été assassiné le Vendredi 27 Janvier 1928 par son propre frère. Son surnom "Sleeper" est dû en revanche au manque de chance qu’il a eu toute sa vie, qui a fait de lui un drogué et un joueur.

L’Hypnothérapeute : Il est la réincarnation d'Edward Baynes, et est probablement né dans les années 60-70. Il me semble être plus vieux que Nicholas, or Edward est mort après Victoria (Combien de temps après ? Je l’ignore.), comment se serait-il réincarné avant alors ? Comme je le disais, la durée d'un séjour dans la bibliothèque machin est variable... On en conclut donc que l'esprit d'Edward / Hypnoglouton a fait un séjour express dans ce lieu, ce qui a eu pour conséquence de ne pas le laver, son esprit refusant de voir qu'il se trompait et n'admettant pas ses torts passés (et c'est bien connu que le tort tue... wouarf !!! :o). La preuve en est qu'il récidive, en assassinant à nouveau Victoria / Nicholas. Pour info, ce n'est pas James LaBrie qui joue le rôle de l'hypnomachin, mais Terry Brown.


Indice Chronologique

Passé : 1928

On ne peut s’empêcher de remarquer que le film de Fritz Lang "Metropolis" est sorti sur les écrans en 1926… Et dans ce film de science-fiction, les humains sont divisés en 2 groupes : les "Thinkers" (qui conçoivent les choses mais ne savent pas les faire fonctionner), et les "Workers", qui réalisent ces choses sans les comprendre. Ces 2 groupes ont besoin l’un de l’autre pour former un tout et fonctionner, ils vivent en symbiose et ne forment qu’un, tout comme le "Miracle" et le "Sleeper" ne forment qu’un (on apprend en effet dans M1 que ce sont deux êtres qui ont fusionné en une seule âme (M1 : "the both of you will be confined to this mind"). Pour mémoire, M1 est basé sur l’histoire de Romulus et Rémus issue de l’ "Enéide" de Virgile, 2 frères jumeaux télépathiquement liés. On retrouve d'ailleurs dans SFAM les 3 thèmes de M1, les trois "Danses" éternelles : la mort, la tromperie et l'amour (M1 : "Death is the first dance, eternal", "Deceit is the second without end", "the third dance is love, Love is the Dance of Eternity"). Thèmes que Mike et John chantent d'ailleurs en fond sur Home "Love, deceit, death" derrière James (par exemple sur "Her ecstasy - means so much too me").

Présent : Eté 1999

Bien que cela fasse grincer des dents (hein Seb ;o), le concept de Metropolis II n’est pas intemporel mais bien daté, et ce que l’on appellera le Présent est déjà le Passé pour nous. Comment le dater précisément ? Ecoutez la fin de FF, la télévision diffuse des informations, et il est très clairement question de la disparition de John-John Kennedy, décédé je vous le rappelle cet été dans un accident d’avion, lorsque le groupe était en studio et donnait la touche finale à son chef d’œuvre. Le texte (un bulletin de CNN) est le suivant : "...news in London, France, Russia and Italy have deleted their lead story, all anticipating the outcome of the man considered to be a member of American nobility." "And as you can imagine, as the skies have grown darker here over Washington, the mood has grown darker as well and people here are beginning to resign themselves to the possibility that they are witnessing yet another tragedy in a long string of misfortunes." "Reaction from everywhere, from Washington and certainly from around the world has gues..."

Ce "datage" était-il prémédité ? Pour la petite histoire, le texte du commentateur a même été raccourci ("..sky grows darker over the waters of Martha's Vineyard.."), Mike répondant à l'accusation qu'ils ont décidé de l'enlever à la dernière minute car la référence directe à JFK Jr. n'était pas nécessaire.

L’histoire

Nicholas est un jeune homme bien sous tous rapports, très heureux; il est marié et a un mioche (THE : "I’ve been given so much more in life, I’ve got a son I’ve got a wife"). Pourtant, toutes les nuits, il fait le même rêve, entend des pleurs (FT : "When I sleep at night, I hear the cries"), est hanté par une jeune fille, comme issue d'une autre vie, et cherche en l’hypnose un moyen de compréhension (SDV : "Why is this other life, Haunting me every day, I’d break through to the other side, If only I’d find the way"). L’album commence donc par une séance d’hypnose (qui se termine au tout début de FF), Nicholas est allongé sur un canapé, et un hypnothérapeute projette son subconscient dans le temps (Regression : "My subconscious mind, Starts spinning through time, To rejoin the past once again"). Cette méthode d’hypnose où l’on remonte le temps, dans l'enfance et même au delà (précédentes vies) s’appelle la Régression, elle sert bien souvent à mieux comprendre sa vie, ou ses phobies, et ainsi à la vaincre. Nicholas, ainsi projeté dans le passé, n’est autre que le témoin de sa propre existence (Regression : "Like watching my life on a screen"), il ne peut intervenir, juste assister impuissant au passé. Il est un observateur désincarné (il arrive dans l'hypnose régressive que le sujet vive une sorte d'ubiquité qui lui permet de (re)voir les événements depuis deux points différents, en tant que sujet, à la première personne (c'est-à-dire la perspective que nous avons tous dans notre vie courante), et en tant qu'observateur extérieur ; dans ce dernier cas, le sujet devient un observateur désincarné et assiste aux événements depuis un point situé à l'extérieur du corps de la personne qu'il considère comme lui-même, ce qui est ici le cas pour Nicholas). Suivons le dans son voyage (wouah, ça le fait :o)

D’entrée on est fixé, lorsque Nicholas arrive dans le passé, dans cette maison qui lui est familière (la maison où, vraisemblablement, Victoria a vécu), il regarde dans le miroir et y voit une fille, une jeune fille, presque une enfant : Victoria (SDV : "There’s a girl in the mirror… Young child won’t you tell me…"). Une enfant qui souffre intérieurement, qui a le cœur déchiré et qui en perd la tête (SDV : "I’m feeling like I’m going out of my head, Tears my heart into two"). Victoria était l’amie (au sens fort) de Julian, mais elle l’a trompé (dans les deux sens), elle n’était pas celle qu’il croyait (SDV : "I’m not the one the sleeper thought he knew").

Nicholas continue alors sa quête et se retrouve dans une nouvelle demeure, où il rencontre un vieil homme (FT "I met an older man he seemed to be alone") que Mike nous a confié n’être personne d’autre… qu’un vieil homme… Décevant... Bon, passons… Cet homme apprend à Nicholas qu’une jeune fille a été assassinée dans cette même demeure et que ce meurtre a fait grand bruit à l’époque (FT "Lad did you know a girl was murdered here, This fatal tragedy was talked about for years"). Et là, Nicholas fait le lien et réalise que c’est Victoria la victime de ce crime (trop fort le type) (FT "Victoria’s gone forever, Only memories remain, She passed away She was so young" (on le saura qu’elle était jeune !!! Mais suffisamment mûre pour se faire culbuter par le premier venu… oups, je m’emporte pardon :o)

Nicholas trouve alors un journal Daily Times (New Yorkais non ?) daté du Samedi 28 Janvier 1928 (voir 4ième de couverture du livret de SFAM) qui titre "Murder, young girl killed". Beyond This Life n’est d’ailleurs rien d'autre que le contenu mot pour mot de l’article paru sur 3 colonnes à la Une de ce journal. On y apprend la version "officielle" de l’époque. Un témoin aurait entendu un bruit horrifiant, des cris, serait accouru et aurait trouvé une femme morte (Victoria), un homme debout à ses côtés (Julian), tremblant, une arme à la main, qui se serait ensuite donné la mort avant de s’écrouler sur le corps de la jeune femme. L’enquête a confirmé les dires du témoin : il s’agirait d’une histoire d’amour qui aurait connu une fin tragique (BTL : "A sad close to a broken love affair"), une note a été trouvée dans la poche du meurtrier, l’accablant (BTL : "I feel there’s only one thing left to do, I’d sooner take my life away, Than live with losing you"). Tout est clair, Victoria voulait quitter Julian, mais celui-ci ne supportant pas cette idée l’a assassinée avant de se donner la mort à son tour et de la rejoindre.

Tout est clair… Pas tant que ça pourtant, car Nicholas, tout triste et tout, ne comprend pas… Quelque chose ne tourne pas rond dans cette histoire… Il se recueille devant la tombe de Victoria, sa propre tombe, dont l’épitaphe nous apprend que Victoria avait les yeux ouverts lors de son assassinat : "A la mémoire de notre enfant, si innocente, les yeux ouverts" (THE : "In loving memory of our child, So innocent eyes open wide").

Mais voici ce qui s'est réellement passé en 1928...

Victoria était effectivement la meuf de Julian, mais celui-ci était un loser, un raté, un drogué et un joueur [Home : "Shine - Lake of fire" (dans M1, il apprend que quiconque rêve du monde prochain (ou d'une vie prochaine peut-être) se retrouvera à nager dans un lac de feu ("I was told, if you dream of the next world, You'll find yourself swimming in a lake of fire") et moi qui hurle déjà quand l'eau de mon bain est un tout petit peu trop chaude, j'ose même pas m'imaginer la scène... il est donc en plein trip le mec !!!) ; "Lines take me higher" (il s'agit de lignes de cocaïne qui l'élèvent dans les cieux) ; "My mind drips desire" (il est accro et ne pense qu'à sa dope) ; "My demons are coming to drown me" (ses démons que sont la drogue et le jeu) ; "I can keep away from its clutch" (pathétique... il est pris dans l'engrenage et ne peut s'en sortir) ; "Decadent scenes from my memory" (en plus le type il a une vie décadente... c'est du propre...), etc.]. Les bruits que l'on entend dans Home sont ceux d'un casino (endroit où les gens jouent pour de l'argent, et non où ils vont faire leurs courses !!!), ce qui confirme la thèse de l'accoutumance non seulement à la drogue, mais également au jeu.

Enfin, les bruits qu'on entend... On n'entend pas uniquement des bruits de casino... mais également ceux d'une femme en train de gémir et de haleter... C'est Victoria, qui se fait... euh... consoler par Edward. Victoria n'en peut plus des "démons" de Julian, elle le quitte lors d'une dispute (OLT : "To some woman who's screaming, A man pleads forgiveness, His words I cannot hear", les excuses que Julian donne à Victoria ne sont pas audibles pour Nicholas car Victoria ne voulait pas les entendre) et elle vient se consoler vers Edward. Elle s'est confié à lui et a pleuré toute la nuit (Home : "I remember the first time she came to me, Poured her soul out all night and cried"). Edward la réconforte et commence à s'attacher à elle au point d'en devenir amoureux (Home & M1 : "I was told there's a new love that's born, For each one that has died...", l'amour perdu de Victoria pour Julian se transforme en amour d'Edward pour Victoria...). Et voilà que ce qui devait arriver (ou plutôt ce qui n'aurait jamais dû arriver) arriva, ils couchèrent ensemble... Il n'aurait jamais cru pouvoir entretenir un tel mensonge (Home : "I never thought that I, Could carry on with this lie") mais c'est plus fort que lui (Home : "But I can't resist myself, No matter how hard I try"). A ses yeux, la relation entre Victoria et Julian est vouée à l'échec (Home : "Living their other life, Is getting them nowhere") alors que lui compte l'épouser (Home : "I'll make her my wife"). Les liens du sang qui l'unissent à Julian sont forts, mais le bonheur de Victoria compte trop pour lui (Home : "Her ecstasy means so much to me, Even deceiving my own blood"). Il est perdu le pauvre, déstabilisé : il fait du mal à son frère, mais il aime cette fille et ne peut pas lui résister (Home : "Help - he's my brother, but I love her, I can't keep away from her touch, Deception, dishonor").

Mais comme on dit, Edward s'est un peu fait des films... Car Victoria a eu un moment de faiblesse, et malgré le fait qu'elle ait quitté Julian, c'est lui qu'elle aime (FF : "He always had my heart he needs to know"), et elle réalise finalement que c'est avec lui qu'elle veut être, et décide de le rejoindre (FF : "Feeling good this Friday afternoon, I ran into Julian, Said we'd get together soon"). Et ce sans le dire à Edward, elle compte d'abord renouer avec Julian avant de le quitter (FF : "I'll break free of the miracle it's time for him to go"), mais elle ne dira rien à Julian sur son aventure avec son frère (FF : "He'd kill his brother if he only knew"). Victoria et Julian se donnent alors rendez-vous en cachette, pensant que personne n'était au courant, mais... (FF : "Their love renewed, They'd rendezvous, In a pathway out of view, They thought no one knew, Then came a shot out of the night"). Edward, qui je vous le rappelle, est le jumeau télépathiquement lié à Julian, a pu ressentir que son frère et Victoria se retrouvaient en cachette...

Il débarque alors dans la maison où les deux amants se terraient et les surprend. Et là, deux possibilités :

- Julian se lève alors brusquement et les deux frères commencent à se battre (BTL : "Had a violent struggle taken place ? There was every sign that lead there"). Julian sort un cran d'arrêt (BTL : "Witness found a switchblade on the ground") et blesse Edward (on entend un cri, et Edward a du sang sur les mains (FF : "The blood still on my hands") ; or un revolver ne met pas de sang sur les mains du meurtrier, j'en conclus donc que c'est de son sang qu'il s'agit. Certes, l'expression "avoir du sang sur les mains" veut dire "avoir commis un crime", mais "avoir encore du sang sur les mains", je ne l'ai jamais rencontrée, et suppose qu'il ne s'agit pas d'une image, mais bel et bien d'hémoglobine). Edward sort alors son revolver, et tire à deux reprises sur Julian qui s'écroule au sol. Dans ce premier cas, il ne comptait pas vraiment assassiner les deux amants, mais aurait tué Julian par légitime défense... Ceci dit, il enchaîne aussitôt en buttant Victoria de sang froid, donc je doute que cette théorie soit exacte même si elle n'est pas à écarter.

- Edward rentre dans la maison revolver au poing dans l'intention de tuer Victoria et Julian, ce dernier se jette sur lui en sortant un cran d'arrêt, les deux hommes luttent, Julian saisis le bras d'Edward l'empêchant d'ouvrir le feu, mais Edward frappe Julian et lui tire dessus (un peu à la manière d'un Darth Maul qui embroche Qui Gon après l'avoir fait baisser sa garde par un coup de pied bien placé).

Victoria hurle alors de terreur, voyant l'homme qu'elle aime au sol. Elle est par terre, Edward se tourne vers elle, lui ordonne d'ouvrir les yeux ("Open your eyes Victoria") et la tue froidement de 2 balles avant de s'enfuir en courant. Julian, agonisant, trouve tout de même la force de se rapprocher de Victoria, de se poser sur elle afin qu'une dernière fois, ils s'étendent l'un contre l'autre (FF : "One last time, We'll lay down today, One last time, Until we fade away"), et se meurent... Leurs esprits s'élèvent dans l'air, toutes leurs peurs disparaissent et tout devient clair... Une lumière aveuglante les enveloppe et les emporte dans un endroit familier (FF : "As their bodies lie still, And the ending draws near, Spirits rise through the air, All their fears disappear, it all becomes clear, A blinding light comes into view, An old soul exchanged for a new, Familiar voice comes shining through..."). Et pof, a y est, sont morts...

Pendant ce temps, Edward, qui s'était enfui dans la nuit noire, dans la nuit noire et obscure (ooops !), décide de revenir sur le lieu du double meurtre. Il n'y a pas eu de témoin, il a encore le temps de déguiser le crime (FF : "Sole survivor, No witness to the crime, I must act fast to cover up, I think that there's still time"). Il décide de faire passer le double meurtre pour un meurtre suivi du suicide de l'assassin. Il décide d'écrire une note qu'il glisse dans la poche du cadavre encore chaud de Julian qui confirmera la thèse qu'il échafaude alors (FF : "This feeling inside me, Finally found my love, I've finally broke free, No longer torn in two, I'd take my own life before losing you"). Ainsi, la police pensera (et ce fut le cas) que Julian, ne supportant pas de perdre Victoria, a décidé de l'assassiner avant de se donner la mort.

Et là vous vous dîtes sûrement (car les fans de DT sont intelligents, surtout ceux abonnés à Your Majesty) : mais dans BTL, il est question d'un témoin qui a assisté à la scène ! Exact ! Et ce témoin ne peut-être autre qu'Edward lui-même. Et là encore, vous allez me dire : "Mais c'est louche, la police n'a pas fait le rapprochement ? Le témoin étant le frère du meurtrier... Et puis... le meurtrier se serait suicidé de 2 balles de revolver ? Pas pratique... Sans compter la poudre qu'il aurait dû avoir sur lui s'il s'était tiré dessus lui même (là, c'est le souvenir d'un épisode de Columbo qui me revient :o), etc.". Je vous rappelle que Monsieur Edward Baynes était Sénateur, et qu'il lui a donc été possible d'étouffer l'affaire. Et voilà, je crois que je n'ai rien oublié (ou presque) de ce qui c'était passé en cette funeste nuit...

Revenons maintenant en 1999... Nous sommes au début de FF, et l'hypnocondriaque réveille Nicholas de son hypnose. Celui-ci ne s'est pas encore rappelé de tout (notamment de la scène du meurtre), mais au moins, l'hypnose régressive a rempli son rôle : Nicholas se sent mieux, il sait désormais que l'esprit perdure après la mort (TSCO : "If I die tomorrow, I'd be alright, Because I believe, That after we're gone, The spirit carries on"), il se sent en paix avec la fille dans ses rêves, sait qu'elle est réelle (TSCO "Victoria's real, I finally feel, At peace with the girl in my dreams"). Nicholas s'en va alors... Il sort son trousseau de clefs, ouvre la portière de sa voiture, démarre, et sort du parking sur la route... Il pleut, il y a de l'orage même, le tonnerre gronde au loin... Nicholas conduit et se perd dans ses pensées au volant (c'est pas prudent ça, môssieur !!!). Les souvenirs de cette nuit du 27 Janvier 1928 lui reviennent, et il revit la scène de l'assassinat... Et là, ça se complique, alors prenez des notes paske je vais pas expliquer deux fois...

Vous remarquez que le son de la fin du morceau change, se dégrade petit à petit... Au final, il sort de l'autoradio de la caisse à Nicholas (ce salaud avait SFAM en avant-première ou quoi ???). Il se gare devant chez lui, et coupe le moteur de sa voiture (et donc la musique) à 9:48 (timing de la chanson, pas l'heure...). Il descend de voiture, ferme la portière (pas à clef, car il habite à la campagne... enfin moi j'ai jamais entendu de grillons en plein cœur de NY... remarque vu que je suis jamais allé à NY, y en aurait que je les aurais jamais entendus non plus... hum) et se dirige d'un pas rapide et léger vers sa maison, monte les quelques marches en bois, puis sort ses clefs devant sa porte, les rentre dans la serrure. Nous sommes à 10:09 (soit 21 secondes après avoir éteint le moteur de sa bagnole). Et là... STOOOOOOP !!! On revient en arrière chronologiquement, comme si dans un film il se passait quelque chose, et qu'une autre scène arrive avec écrit "Pendant ce temps là"... Dans l'ordre où nous l'entendons sur le CD, c'est Nicholas qui ouvre la porte, mais c'est l'hypnocrite qui la ferme (mais avant que Nicholas arrive, vous suivez ? En fait on a zappé de scène entre l'ouverture et la fermeture de la porte). Il est arrivé chez Nicholas avant ce dernier... On entend la télévision qui est allumée : c'est CNN, l'annonce de la disparition de John Kennedy Junior... (et là, question à laquelle je ne trouve pas de réponse : si la télé est allumée, c'est que la maison est habitée... Nicholas a une femme et un enfant, où sont-ils ? Dans la maison ? Sûrement oui, mais je trouve ça tout de même étrange... bref...) Nous sommes dans la maison de Nicholas, l'hypnopotame se dirige vers la télévision (vous remarquez la différence de pas entre les siens, lourds et lents, et ceux de Nicholas), la regarde quelques secondes, et l'éteint. Il se prend un verre, y met des glaçons, et se sert un verre (au son je dirais du whisky :-p)... Et là montez le volume de votre chaîne (ou discman ou autre)... On entend une voiture qui approche, avec la musique de fin de FF, qui provient en fait de l'autoradio de la voiture de Nicholas qui est en train d'arriver chez lui. La musique stoppe à 10:50. Tant pis pour le verre, il le boira plus tard... Il se dirige vers le tourne-disques, y met un disque pas franchement gai qui semble dater de l'époque où Victoria a vécu (qui est sur l'harmonie de Regression soit dit en passant (essayez de le chanter dessus, ça colle :o), de même que (entre autres) l'intro acoustique de FF), et se cache derrière la porte (le plancher grince, comme lorsque l'on essaye d'être discret). Et là Nicholas ouvre la porte et arrive dans la pièce, à 11:11, soit... 21 secondes après qu'on l'ait entendu éteindre sa voiture pendant que l'hypnoténuse se servait un verre... Il y a donc concordance des durées, ça colle, cette hypnothèse est exacte. Donc Nicholas arrive dans le salon de son pas rapide, se dirige vers la platine disque... et là l'hypnothécaire sort de l'ombre : "Open your eyes Nicholas"... qui n'est pas à rapprocher du "Open your eyes Nicholas" par lequel il l'a réveillé de son hypnose (au début de FF), mais du "Open your eyes Victoria" par lequel il a assassiné Victoria 71 ans plus tôt, lorsqu'il était le Sénateur Edward Baynes... Car l'hypnocampe est la réincarnation d'Edward... Nicolas, surpris (on le serait à moins), cri, sursaute, fait sauter le disque et le bras du lecteur glisse sur sa surface et sort du sillon ... Et de la même manière qu'Edward a tué Victoria, l'hypnothétique tue Nicholas... Le bruit que l'on entend à la fin est celui du tourne disque qui continue à tourner hors du vinyle.

Mais pourquoi l'hypnositeur tue-t-il Nicholas ? Car on se doute bien qu'en tant qu'hypnothérapeute (ça y est, j'ai réussi :)), il a connaissance des ses propres vies antérieures, et sait qui il a été au début du siècle... Edward / l'hypnotiseur éprouve toujours de l'amertume à l'égard de Victoria / Nicholas, et la tue à nouveau.

La confirmation de cette théorie vient de Mike lorsque celui-ci avoue avoir été influencé, pour écrire l'intrigue de SFAM, par le film sorti en 1991 de Kenneth Branagh "Dead Again" (avec Kenneth Branagh, Andy Garcia, Emma Thompson et Derek Jacobi) dans lequel un détective privé de Los Angeles, aide une jeune femme amnésique à se souvenir de son passé. Celle-ci fait d'affreux cauchemars relatant l'assassinat, voilà 40 ans, d'une concertiste et dont le mari avait été exécuté pour ce crime... Je ne vous raconterai pas tout le film, mais l'intrigue est très proche de celle de SFAM... trop proche même peut-être.


Voilà, cette explication n'a rien de définitif, certains détails doivent encore manquer, certaines explications sont peut-être même foireuses, mais c'est certainement celle qui se rapproche le plus de la vérité (car, pour sa majeure partie, confirmée par John Petrucci himself).